• En avoir ras le bol

    En avoir assez, en avoir marre. Être fatigué de faire de faire quelque chose. L’expression « en avoir ras le bol », très usitée et connue de nos jours, ne signifiait pas simplement « en avoir sa claque », en avoir marre…

    Elle, elle était beaucoup plus obscène et se rapprochait plutôt de l’expression « en avoir plein le cul » (pardonnez la vulgarité). En effet, le mot bol, désignant au préalable un récipient, est attestée en argot, dès 1872 selon Esnault, avait le sens de « cul, anus ».

    Notons qu’Alain Rey explique dans son Dictionnaire historique de la langue française que le terme ras désigne, en 1191, une mesure remplie jusqu’au bord sans en excéder la limite. Ce serait en 1606 que ras, substantivé donnera naissance à la locution adverbiale « à ras » dans le sens de très près. La locution familière, « en avoir ras le bol », a donné dès 1872 de nombreuses variantes où toutes sortes de récipients (pot, vase, bock, bocal…) prennent, par métaphore, le sens de « cul » ou « anus », comme « avoir du pot ». Cependant, ce n’est qu’en 1968 que l’expression « en avoir ras le bol » connaît un grand succès lors « du ras-le-bol général ».

    Julie Amerlynck précise dans son livre Phraséologie potagère, les noms de légumes dans les expressions françaises… édité en 2006, qu’une confusion se crée entre bol, cul et tête lors de la généralisation de la locution « en avoir ras le bol ».

    En effet, la population rapproche cette locution à d’autres expressions telles que « la coupe est pleine », « c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase » ou « en avoir par-dessus la tête », ce qui a le mérite d’ôter la notion grivoise originelle de notre expression première.

    Depuis d’autres expressions sont nées sur la même image d’associations « bol-tête » où la notion de « bol-anus » n’est plus soupçonnée…

    Fort heureusement, il s’agit de locutions telles que « en avoir ras la casquette, le képi ou le bonnet », « ras la tasse, la théière, la cafetière ou la marmite » ou « ras la frange ou la coiffe », mais aussi « en avoir ras le chou, la calebasse ou la patate », dernières expressions où le légume prend, par analogie de forme, la place de la tête.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :