• Les fleurs, de par leurs formes et leurs couleurs, voire leurs parfums, ont fasciné les hommes depuis la nuit des temps. Aussi, au fil des siècles, chaque culture a développé un art du langage subtil : le langage des fleurs.

    Un langage ancien

     

    Un code complexe et raffiné

     

    L’attrait des hommes pour les fleurs remonte à la préhistoire. Et si l’usage de parfums floraux est attesté depuis la haute Antiquité, il faut attendre le Moyen Âge pour que le langage des fleurs soit confirmé en Europe.

     

    Un code complexe et raffiné

    La dame à la Licorne, l’Odorat, Musée de Cluny

     

    Au Moyen Âge, alors que les plantes sont au centre de la médecine, la littérature courtoise développe son art jusque dans la conversation sans parole, et le Roman de la Rose en est son plus célèbre exemple. L’art du jardin s’étend, et avec lui l’intérêt pour les plantes et les fleurs. Il était d’usage qu’au premier mai, un galant offre une fleur de son choix à l’élue de son cœur. Les tapisseries se couvrent de fleurs, la femme est comparée à un jardin clos et bientôt, pendant la Renaissance, Pierre de Ronsard écrit en 1545 Mignonne allons voir si la rose. Ce langage des fleurs, ancien et érudit, a été oublié et remplacé progressivement. Mais l’on en trouve des traces dans la littérature courtoise et dans les reconstitutions de jardins médiévaux donc celui (fermé au public) du Musée de Cluny.

     

    Un code complexe et raffiné

    Portrait de Lady Mary Wortley Montagu

     

    L’ouvrage connut un certain succès dans une époque férue d’orientalisme, et le mouvement romantique s’est emparé de cette pratique pour la communication « secrète » entre amants. Plusieurs dictionnaires et ouvrages de conversation florale ont alors vu le jour. Parmi les plus connus, celui de Charlotte Delatour, Le langage des fleurs, rencontra un vif succès tout au long du XIXème siècle, avec 26 éditions entre 1819 et 1876.  Celui de G.W. Gessmann, publié en 1899, fut également une référence. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que le langage actuel des fleurs se diffuse pleinement.

    En effet, dans un ouvrage posthume de Lady Mary Wortley Montagu (1689-1762) aristocrate anglaise et épouse de l’ambassadeur anglais à Constantinople, elle évoque le langage raffiné des fleurs, utilisé dans les harems de l’Empire Ottoman, qu’elle aurait découvert lors de son séjour entre 1715 et 1718. Publié en 1763, sous le titre Letters of the Right Honourable Lady M–y W—y M—-e, during her Travels in Europe, Asia and Africa, To Persons of Distinction, Men of Letters &c. in different Parts of Europe. Which contain, … Accounts of the Policy and Manners of the Turks, Drawn from Sources that have been inaccessible to other Travellers, il est surtout connu sous le titre générique de Turkish Letters.

    Ce langage était si perfectionné que certains militaires l’utilisaient pour transmettre leurs ordres au nez et à la barbe de l’ennemi.

     

    Un code complexe et raffiné

     

    Durant la période victorienne, particulièrement pudibonde et moralisatrice, le langage des fleurs connut de nouveau un véritable engouement, d’autant plus que la période voyait la découverte de nombreuses fleurs et plantes venues des quatre coins de l’Empire Britannique, et que la noblesse et la haute bourgeoisie collectionnaient les essences les plus rares et exotiques. En outre, les fleurs ont toujours été un cadeau peu cher, voire gratuit pour les plus courantes. Aussi, cette tradition s’est diffusée au sein des classes les plus populaires.

    De nos jours, le langage des fleurs est certes moins utilisé, ni même connu, mais certaines pratiques ont continué, comme offrir des roses rouges à l’être aimé ou encore du muguet au 1er mai pour souhaiter du bonheur.

     

    La fleur symbole

     

    Un code complexe et raffiné

    Henry Arthur Payne (1868–1940), Plucking the Red and White Roses in the Old Temple Gardens, circa 1908, City Museums and Art Gallery Birmingham, England

     

    La fleur symbole ne relève pas directement du langage des fleurs  (p.162 à 165) mais peut revêtir un sens religieux, politique, symbolique, etc.

    Ainsi, lors de la Guerre des Deux-roses en Angleterre, les partisans de chaque faction arboraient une rose rouge de Lancastre ou une rose blanche d’York en fonction de la faction à laquelle ils appartenaient. De même, le lys, incarnation de la fleur mariale, ornait les autels des églises alors que les jeunes mariées portaient des couronnes et bouquets de fleurs d’oranger dont la blancheur éclatante rappelait leur pureté immaculée. La symbolique signifiante des fleurs est une pratique toujours vivace dans certaines régions du monde, notamment au Burkina Faso.

     

    Un code complexe et raffiné

    Couronne de mariée

     

    La fleur peut également être le symbole d’une région, comme le chardon qui peut désigner la Lorraine en France ou encore l’Écosse.

    Quelquefois, symbole et langage des fleurs sont liés à d’anciennes légendes tristes ou charmantes qui nous éclairent sur leur sens.

     

    Un code complexe et raffiné

    Langage des fleurs 

     

    Bien que très ancien et largement diffusé, le langage des fleurs n’est pas universel, car intimement lié aux plantes poussant dans les différentes régions du monde. Ainsi, en Asie, les fleurs ont parfois une tout autre signification. Si vous souhaitez vous essayer à cette pratique, il existe de nombreux sites et livres qui pourront vous y aider. En tout cas, à la rédaction, nous avons été étonnés par le sens de certaines fleurs.

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire
  • Astuces de grands-mères avec les pommes de terre

     

    Quelles sont les astuces de grand-mère avec la pomme de terre ?

    Elles nous viennent de nos grand-mères, et sont toujours autant utilisées et appréciées aujourd’hui. Les astuces pour l’utilisation des pommes de terre sont fort nombreuses. Déjà délicieuses dégustées en purée, frites ou autres plats chaleureux, elles sont en outre dotées de propriétés très utiles pour la maison et pour la santé.

    Retrouvez des rideaux comme neufs

    Lorsque vos rideaux deviennent ternes au fil du temps, il existe une solution pour leur permettre de retrouver l’éclat de leur jeunesse. La fécule de pomme de terre est en effet un élément très efficace pour traiter vos rideaux. Il suffit de faire un lavage en machine standard à 40°, et d’ajouter à la lessive deux cuillères à soupe de fécule de pomme de terre. Vos rideaux auront retrouvé un aspect neuf et éclatant !

    Entretenez vos sols et carrelages

    Pour nettoyer votre carrelage, il existe une astuce simple : utilisez l’eau des pommes de terre chaude sans détergent puis frottez vos sols à l’aide d’un balai-brosse ou d’une serpillière. Pour une meilleure action, laissez vos sols s’imbiber de l’eau des pommes de terre pendant 10 à 15 minutes avant de rincer à l’eau chaude.

    Traiter les casseroles en Inox

    Au fil du temps, les casseroles en Inox deviennent ternes. Grâce à la pomme de terre, vous pouvez naturellement leur redonner de l’éclat. Frottez la surface de la casserole avec une pomme de terre coupée en deux, avant de rincer généreusement. Essuyez simplement avec un chiffon doux, avant d’admirer le résultat.

    Pour le jardin, un désherbant étonnant

    Lutter contre les mauvaises herbes est une histoire sans fin. Comment traiter le terrain efficacement sans utiliser de produits chimiques ? Récupérez tout simplement l’eau de cuisson des pommes de terre, que vous conditionnerez en bouteille ou que vous verserez dans un arrosoir. Vous pouvez ainsi répandre cette eau de cuisson refroidie sur les herbes indésirables.

    Soigner les migraines

    Un mal de tête est en train de s’installer ? Surtout n’attendez pas, utilisez la pomme de terre dès que vous ressentez les premiers symptômes. Coupez une pomme de terre crue en rondelles que vous poserez directement sur votre front. Allongez-vous et laissez agir jusqu’à la disparition de la douleur.

    Faire disparaître les points noirs

    Coupez une pomme de terre non traitée en rondelles. Appliquez directement les rondelles sur vos points noirs tout en massant. Renouvelez l’opération 1 fois par jour. Cette astuce permet d’éliminer l’excès de sébum de la peau et d’éviter l’apparition de points noirs.

    Au revoir les cernes !

    La fatigue se lit sur votre visage ? Pourquoi ne pas essayer la pomme de terre ? Véritable remède naturel, elle vous permet de retrouver un teint reposé et frais. Deux options sont possibles : on râpe une pomme de terre crue, qu’on dispose sur des cotons à appliquer sur les cernes pendant 30 minutes. Il est aussi possible de simplement poser deux rondelles d’une pomme de terre crue sur les cernes avant d’aller se coucher, durant 10 minutes.

    http://www.grands-meres.net/ 


    votre commentaire
  • L’Antarctique est un endroit assez méconnu de tous. Au premier abord, on pourrait penser qu’on y trouve uniquement de la glace, des ours polaires et des igloos. Pourtant, le continent givré regorge d’anecdotes incroyables, comme le fait que toute personne souhaitant travailler là-bas doit avoir fait enlever ses dents de sagesse et son appendice avant ! Découvrez 27 faits incroyables sur l’Antarctique qui vous laisseront sans voix. 

     

    1 – L’Antarctique est le plus grand désert du monde. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique


     2 – L’endroit le plus froid sur Terre est une haute crête dans l’Antarctique où les températures peuvent tomber en dessous de -93,2 °C. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    3 – Certaines parties de l’Antarctique n’ont pas eu de pluie ou de neige ces 2 derniers millions d’années. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    4 – L’Antarctique est le seul continent sans reptile. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    5 – Il y a une chute d’eau rouge sang qui s’écoule dans l’Antarctique. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    6 – Il n’y a qu’un seul distributeur de billets dans tout l’Antarctique. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    7 – 90 % de l’eau douce du monde est dans l’Antarctique. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    8 – Vous ne pouvez pas travailler en Antarctique à moins d’avoir fait retirer vos dents de sagesse et votre appendice avant. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    9 – Il n’y a pas d’ours polaires en Antarctique (seulement en Arctique), mais il y a beaucoup de pingouins ! 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    10 – L’Antarctique est le seul continent sans fuseau horaire. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    11 – L’Antarctique est le continent le plus froid, le plus venteux, le plus élevé et le plus sec de la planète. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    12 – La fonte des glaces en Antarctique a causé un léger changement de gravité sur place. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    13 – Le Chili a une ville civilisée en Antarctique, avec une école, un hôpital, une auberge, un bureau de poste, Internet, la TV et du réseau pour téléphones mobiles. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    14 – La calotte glaciaire de l’Antarctique existe depuis au moins 40 millions d’années. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    15 – Il y a 300 lacs sous l’Antarctique qui n’ont jamais gelé grâce à la chaleur du noyau de la Terre. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    16 – La température la plus élevée jamais enregistrée en Antarctique est de 14,5 °C. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    17 – Les chiens de traîneau sont interdits en Antarctique depuis 1994. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    18 – Le mont Erebus, le volcan actif le plus au sud de la Terre, est en Antarctique. Il crache des cristaux. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    19 – Une fois, en Antarctique, il a fait aussi chaud qu’en Californie. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    20 – Il y a au moins 7 églises chrétiennes en Antarctique. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    21 – Les fourmis ont colonisé presque toutes les terres émergées de la planète à l’exception de l’Antarctique et quelques îles éloignées ou inhospitalières. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    22 – L’Australie posséderait le plus grand territoire en Antarctique : 5,8 millions de kilomètres carrés. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    23 – La plupart de l’Antarctique est recouvert de glace : moins de 1 % de ses terres ne l’est pas. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    24 – En 1977, l’Argentine a envoyé une femme enceinte en Antarctique pour tenter de réclamer la possession d’une partie du continent. Son enfant est devenu le premier homme connu né en Antarctique. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    25 – Le plus grand iceberg jamais mesuré est plus grand que la Jamaïque : 11 000 kilomètres carrés ! Il s’est détaché de l’Antarctique en 2000. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    26 – L’épaisseur moyenne de la glace en Antarctique est d’environ 1,6 km. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    27 – Le vent en Antarctique peut atteindre 320 km/h à certains endroits. 

    27 révélations extraordinaires sur l’Antarctique

     

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire
  • Où l’on apprend qu’une balade au bord d’un lac peut faire avancer la physique.

    1762, Angleterre. Le très célèbre physicien Benjamin Franklin se promène au bord de l’étang de Clapham, près de Londres. Soudain, une drôle d’idée lui passe par la tête…
    Que se passerait-il s’il versait de l’huile sur l’eau de l’étang
    ? Curieux, il tente lexpérience et y verse l’équivalent dune cuillère à soupe.

     

     Ça baigne dans l’huile

    Portrait de Benjamin Franklin, 1767
    Voir en grand

     

    L’huile forme une petite tache qui va se disperser très rapidement à la surface de l’eau. Il observe que sur presque un quart de l’étang (2000 m2), les vaguelettes habituellement provoquées par le vent ont disparu. Franklin comprend que lhuile recouvre l’étang, rendant sa surface extrêmement lisse.

    Il est impressionné, mais en reste là! Curieusement, il ne cherche aucune explication à ce surprenant phénomène.

     

    Ça baigne dans l’huile

    Tache d'huile sur l'eau
    Voir en grand 

     

    Ce n’est que 100 ans plus tard qu’un autre physicien, Lord Rayleigh, fait la lumière sur cette expérience. Il connaît la propriété des molécules d’huile. Il sait qu’elles sont un peu "schizophrènes".

    Leurs têtes, hydrophiles, aiment l’eau alors que leurs corps, hydrophobes, la déteste. Ainsi, lorsque les molécules d’huile entrent pour la première fois en contact avec l’eau, elles ne sont pas ravies.

     

    Ça baigne dans l’huile
     Lord Rayleigh dans son laboratoire
    Voir en grand

     

    Elles vont donc se mettre dans la configuration la plus agréable pour elles : la tête au contact de l’eau et le corps, à la verticale le plus loin possible de l’eau. Ce faisant, elles s’alignent les unes à côté des autres, en rang d’oignon, formant ainsi une monocouche presque parfaite.

    Lord Rayleigh en déduit donc que la tache d’huile est formée d’une seule couche de molécules d’huile. S’il parvient à en mesurer la hauteur, il aura alors la taille d’une de ces molécules!

     

    Ça baigne dans l’huile

    Illustration Science Tips
    Voir en grand 

     

    Il divise donc le volume d’huile versé par la surface de la tache (h=V/S) et obtient un résultat proche d’un 1 nanomètre, soit 30000 fois plus petit quun cheveu. Lord Rayleigh a vu juste, c'est la première mesure de la taille d'une molécule.
    Dommage pour Franklin qui lui n
    ’était qu’à un cheveu près dune découverte majeure…

     

    Ça baigne dans l’huile

    Illustration Science Tips
    Voir en grand

     

    Ça baigne dans l’huile

    L'expérience inaboutie de Benjamin Franklin - Flash 06 - e-penser (Vidéo)

    https://www.youtube.com/watch?v=4zDVjh5Fm1g

     

    Pour en savoir plus :

    Sur Benjamin Franklin 

    Sur l'expérience de Benjamin Franklin et comment la reproduire chez soi

     

    Article paru dans Science Tips


    votre commentaire
  • La santé des écoliers est quelque chose qui ne se négocie pas, et cette commune française l’a bien compris. A Mouans-Sartoux, la mairie a décidé de créer une régie agricole pour mettre les produits bio au menu de ses cantines. 

    100 % de bio pour 100 % d’écoliers

    Située dans le département des Alpes-Maritimes, la commune de Mouans-Sartoux n’est pas loin d’être une exception culturelle. A l’heure où le bien manger est de plus en plus mis en avant, dans les établissements scolaires, les publicités télévisées, etc., la ville a mis en place depuis le 1er janvier 2012 une restauration scolaire 100 % bio grâce à ce qu’elle appelle une régie agricole.

    Le but est simple : utiliser un terrain de quatre hectares (agrandi à six depuis la mi-2016), qui devait à l’origine être utilisés pour des projets immobiliers, pour cultiver des fruits et légumes bio. Un potager sans pesticides et sans produits chimiques dont les fruits sont utilisés chaque jour pour approvisionner les cuisines des écoles de la ville.

    Ce sont ainsi mille repas quotidiens à servir dans la commune. « Il y a tellement peu d’agriculture pour répondre à la commande publique qu’il a fallu nous débrouiller nous-mêmes », explique Gilles Pérole, adjoint au maire de la commune et initiateur de cette régie agricole, à l’occasion d’un reportage pour l’émission Manger c’est Voter de la chaîne Public Sénat. « La proximité permet de cueillir les légumes le matin pour que les enfants les mangent à midi ». Ainsi, en plus d’avoir des légumes cultivés sans pesticides, ils arrivent frais dans les assiettes des écoliers.

    Cette commune a fondé une régie agricole 100 % bio

    Une partie du domaine cultivable de la régie agricole de Mouans-Sartoux

     

    Objectif zéro gaspillage

    On estime à 10 millions le nombre de tonnes de nourriture gaspillée chaque année en France dans tous les domaines de la chaîne de distribution, dont 540 000 tonnes rien que dans la restauration collective, où figure la restauration scolaire. « Toutes les restaurations collectives de France jettent à peu près un tiers de ce qu’elles cuisinent », raconte Gilles Pérole lors d’un reportage de l’émission Mille et Unes Vies.

    En plus de la création de cette régie agricole, la commune de Mouans-Sartoux a tout fait pour réduire son taux de gaspillage. « Quand on a commencé les pesées en 2010, il était de 149 grammes par repas. Et nous sommes maintenant à 30 grammes. Nous avons diminué de 80 % ». Un holà mis sur le gaspillage qui a également contribué à réduire de vingt centimes le coût de chaque repas.

    Cette commune a fondé une régie agricole 100 % bio

    Les écoliers participent au triage des aliments non consommés lors des repas 

     

    Un modèle pour le reste de la France ?

    A la question d’avoir une loi qui oblige les communes à posséder son propre potager bio pour approvisionner les cantines, Gilles Pérole répond qu’il faut aussi préserver des espaces agricoles proches des villes afin que celles-ci aient accès à un vivier de produits locaux et si possible bio. Mais il nuance tout de même : « C’est par ces petits gestes qu’on changera les choses. Je ne crois pas aux décrets d’État, aux changements qui viennent d’en-haut. Si chacun fait son action le monde changera. Et c’est un peu ce que l’on pratique à Mouans-Sartoux et on pourrait l’avoir sur la France, sur l’Europe, sur le monde ».

    Cette commune a fondé une régie agricole 100 % bio

    Les cuisiniers à l’œuvre dans la cantine scolaire 

     

    Produits d’origine contrôlée

    Les remarques sont en tous cas dithyrambiques de part et d’autre de la chaîne de production. Sébastien Jourde est l’agriculteur en charge des cultures : « Tout ce qu’on produit, même dans des calibres pas très standard, on sait où ça va. L’autre aspect positif, c’est le rapport aux cuisiniers, il y a beaucoup de retour. Je sais d’expérience quels légumes privilégier et ceux qu’il faut limiter ».

    Chez les enfants, l’initiative semble avoir finalement porté ses fruits et fait l’unanimité : « On mange des légumes et un peu de viande et c’est pas tous les jeudis qu’on a des frites.  » ; « Ce qu’on mange, ça a été cultivé et directement pris, c’est pas passé dans un magasin.  » ; « Pas de surgelés ou des choses qu’on trouve dans des grands magasins qui ont des conservateurs, des colorants.  » Et si eux sont satisfaits d’avoir de beaux et bons produits dans leurs assiettes, c’est sûrement tout ce qui compte.

    Cette commune a fondé une régie agricole 100 % bio

     Des écoliers participent à la récolte de pommes de terre

    Article paru dans Daily Geek Show


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires